Vouvant mervent Les Compagnons d'Armes de Jeanne d'Arc Jean, Bâtard d'Orléans (1)

Jean de Dunois avait fait de Mervent sa résidence ordinaire lors de ses séjours dans la région. Il avait fortifié et embelli le château en y renforçant les défenses de la Grosse Tour et en y élevant une chapelle, construite sur le modèle de la Sainte-Chapelle de son château de Châteaudun (Eure-et-Loir). C'est au cours d'un séjour du couple à Mervent que leur fille Jeanne trouva la mort, sans doute de maladie, et fût inhumée dans l'église Saint-Médard.

Histoires de Vendée : A la découverte de Vouvant !

 

En l’an 1000 Vouvant n’est qu’un tertre rocheux et boisé. Dès 1010, Guillaume le Grand, Duc d’Aquitaine et Comte du Poitou, fera édifier une chapelle desservie par les moines de Maillezais.

Dès 1030 le site devient château fort et fin du XIème la chapelle devient église qui au milieu du XIIe sera cernée par un habitat groupé.
Fin XIIe, Vouvant passe aux mains des Lusignan.

En 1241 les Lusignan et surtout Geoffroy la Grand’Dent ne veulent pas se soumettre au roi. Saint Louis bataillera et confisquera Vouvant pour en faire une terre d’Eglise.
La bataille a endommagé le château qui sera reconstruit et modifié. De cette époque date la Tour Mélusine, donjon de petit diamètre, symbole du pouvoir royal.
Geoffroy la Grand ‘Dent meurt sans descendance et la seigneurie entre dans la famille des Parthenay l’Archevêque.

Au XIVe et avec la guerre de Cent ans, le château subit encore des modifications : enceinte élargie, donjon restauré.
Au XVe le roi confie Vouvant au Connétable Arthur de Richemont et en 1458 la seigneurie échoit à Jean, bâtard d’Orléans et ce n’est que fin du XVIIe que Vouvant revient à la couronne de France.

A la Renaissance, Vouvant est à son apogée mais les Guerres de Religion auront raison de sa beauté et de sa puissance : incendies, destructions et de nombreux morts à La Poterne, l’une des trois portes qui permettaient l’accès dans Vouvant.
Le château réduit à l’état de ruines est abandonné et sera rasé au XIXe pour laisser place à une esplanade destinée aux foires.

https://www.accueil-vendee.com/communes/vouvant/

 

Vouvant mervent Les Compagnons d'Armes de Jeanne d'Arc Jean, Bâtard d'Orléans (2)

La tour Mélusine est le donjon d'un ancien château-fort, situé sur la commune de Vouvant, en Vendée.

Ce donjon et tour de guet, probablement édifié à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle (très souvent daté de 1242), est le seul vestige de l'ancien château-fort des seigneurs de Lusignan construit à l'emplacement actuel de la place du Bail.

Ce château-fort était alors séparé de la ville fortifiée de Vouvant par un fossé sec. Une chapelle, disparue depuis longtemps, était adossée à la tour.

Comme pour tous les châteaux des Lusignan, la légende rapporte qu'elle aurait été construite en une nuit par la fée Mélusine « de trois dornées de pierres et d'une goulée d'Ève ».

Cette tour, de par sa hauteur de 45 m depuis le fossé et sa forme cylindrique, est inédite pour l'époque. En effet, la majorité des châteaux-fort de cette région et de cette époque sont de style Niortais (carrés avec des tours pleines à chaque angle).

La tour possède une base carrée, qui indique la hauteur de la courtine qui entourait la cour du château, aujourd'hui place du Bail (« bail » signifiant « enceinte fortifiée »).


Vouvant mervent Les Compagnons d'Armes de Jeanne d'Arc Jean, Bâtard d'Orléans (3)

La cour du château comportait antérieurement une fontaine composée d'un bassin en granit supporté par quatre figures de la fée Mélusine, dont une seule est encore en l'état. Celle-ci se situe dans le jardin du château privé de la Recepte au nord-est du bourg.

Vouvant mervent Les Compagnons d'Armes de Jeanne d'Arc Jean, Bâtard d'Orléans (4)

Carnets de Voyage en Vendée: Vouvant petite cité de caractère.

 

chateau_mervent

Lithographie du château de Mervent issue de la revue Anglo-française, vol. 1, F.-A. Saurin, 1833