Emma comtesse de Blois et duchesse d’Aquitaine fondatrice Abbaye Saint Pierre de Maillezais et de Bourgueil

L’abbaye de Bourgueil, plus précisément l’abbaye Saint-Pierre de Bourgueil-en-Vallée, est une abbaye bénédictine, qui adopte la règle de Saint Maur en 1630.

Elle est située à Bourgueil, autrefois Burgolium, dans le pays du Bourgueillois, dépendant avant 1790 de l’élection de Saumur, du siège royal de Chinon et du diocèse d'Angers, donc de l'Anjou historique.

Mais de nos jours Bourgueil est en Indre-et-Loire. Cette importante abbaye est fondée en 990 par Emma, fille de Thibaud le Tricheur, comtesse de Blois et duchesse d’Aquitaine.

 

Très rapidement, du Xe siècle au XVIIIe siècle, cette abbaye a sous sa dépendance 42 prieurés, 64 paroisses et 1 ermitage de l’Angoumois à l’Isle de France en passant par la Lorraine. Un des abbés, Baudri de Bourgueil, loue avec ses poèmes le vin que les moines contribuent à développer dans la région… Elle est aussi célèbre pour ses vastes jardins chantés par Ronsard. François Rabelais veut donner à son moine l'abbaye de Bourgueil, où ceux-ci développent la culture de la vigne et améliorent la qualité des cépages. L'abbaye devient une baronnie relevant du roi. Beaucoup de familles, nobles ou non, viennent dans le Bourgueillois pour occuper une fonction liée à la présence de l’abbaye.

Même les rois ou futurs rois et les reines séjournent à l’abbaye Saint-Pierre de Bourgueil-en-Vallée et y prennent des décisions importantes.

En 1156, Henri II Plantagenêt y tient les États généraux de ses provinces.

En 1208, le Pape Innocent III prend l’abbaye sous sa protection directe. Ravagée par les Grandes compagnies et les Anglais, pendant la guerre de Cent Ans, détruite en partie par des Huguenots, voulant se venger des crimes de l’un de ses abbés, Saint-Pierre est à plusieurs reprises, pendant les 801 ans de son existence, reconstruite en partie, agrandie, restaurée… Au XVIe siècle, elle est mise en commende.

À la Révolution l'Assemblée Nationale, disposant des biens ecclésiastiques, chasse en 1791 les moines. L'abbaye de Bourgueil est ruinée par les destructions qui s’ensuivent, mais il reste néanmoins encore trois groupes de bâtiments datant d’avant 1789.

 

abbaye Saint Pierre de Bourgeuil Emma d'Aquitaine

 

Histoire et donations,  Concile de Charroux (juin 989)

 

Histoire et donations, Concile de Charroux (juin 989) - PHystorique- Les Portes du Temps

Le concile de Charroux se tint le 1er juin 989 dans ce village de la Vienne, au sud-est de Poitiers, où étaient conservées des reliques de la vraie Croix.

Réuni sous le patronage du duc d’Aquitaine et comte de Poitiers Guillaume IV, sous l'autorité de l'archevêque de Bordeaux Gombaud et en présence des évêques Gislebert de Poitiers, Frotaire (Frotier) de Périgueux, Abbon de Saintes, Hugues Ier de Jarnac d'Angoulême et Hildegaire de Limoges, il instaura pour la première fois la paix de Dieu : ses canons jetaient l'anathème sur « les violateurs d'églises », « contre les voleurs des biens des pauvres » et « ceux qui brutalisent les clercs ». (Wiki)

 

Une nouvelle brouille entre Guillaume d'Aquitaine et Emma. Pour se venger de sa femme, le duc aurait chassé les moines tourangeaux et donné Maillezais à l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers, tandis qu'Emma jetait dans ses domaines propres les fondations d'un autre monastère, Bourgueil, destiné à accueillir les moines expulsés par son mari. Ensuite, Pierre de Maillezais nous fait assister à la profession du duc à Saint-Cyprien, à sa brouille avec son abbé, à son entrée à Saint-Maixent, à sa réconciliation ultime avec sa femme etc; toutes choses qui n'intéressent plus immédiatement l'histoire des deux monastères.

Du récit, il faut seulement retenir qu'après la mort de son père, GuilIaume-le-Grand, nouveau duc d'Aquitaine, se prêta aux désirs de sa mère et réintégra dans Maillezais les moines tourangeaux de l'abbé Gauzbert.

Emma d'Aquitaine fondatrice abbaye Saint Pierre de Bourgeuil Maillezais

Donnations

La donation de septembre 989 montre que Bourgueil n'est pas né à la date ni dans les circonstances indiquées par Pierre de Maillezais ; de nouveau les deux époux agiront ensemble en faveur de Bourgueil, une deuxième fois entre 990 et 996, puis en juin 994 (1).

Bourgueil existait sans doute au moment de la consécration de Maillezais, et ce n'est point pour servir de refuge aux moines tourangeaux qu'il fut alors créé.

(1) Septembre 989, don fait à l'abbaye de Bourgueil par Guillaume-fier-à-bras du village et de l'église de Saint-Christophe de Longèves (arr. et cant. de Fontenay-le-Comte, Vendée), de Saint-Michel Le Cloucq (cant; Saint-Hilaire-aux-Loges, arr. Fontenay-le-Comte), et de quelques maisons aux Loges de Fontenay (ib.), cf. M. DUPONT, p. 19 et p. 174.

— Avril 994, don onéreux fait à l'abbaye de Bourgueil par Guillaume fier-à-bras et Emma sa femme du domaine et de l'église de Foussais (cant. Saint-Hilaire-des-Loges, arr. Fontenay-le-Comte) ; l'abbé verse 1.500 sous d'argent, cf. M. DUPONT, p. 19 et p. 175.

— Avril 994 selon les copies de Salmon (en réalité l'acte n'a pas de date, cf. J. DELAVILLE-LEROULX, op, cit„ charte XIV-4, p. 36-37), dotation de l'abbaye de Bourgueil par le comte Guillaume et Emma sa femme ; don de l'alleu de Celliers (che de Léncloître; arr. de Châtellerault, Vienne), de l'église de Jaunay (cant. Saint-Georges, arr. Poitiers), de la moitié du domaine de Vouzailles (cant. de Mirebeau; arr. Poitiers), cf. M. DUPONT, p. 19 et n. 7, p. 175.

Il existe, en outre une charte commune de juin 994 dans la coll. Gaignières ; elle à, été signalée par L. HALPHEN, L'Histoire de Maillezais du moine Pierre, p. 158, n. 4 (cf. Paris BN ms. lat, 12.127, p. 123).

Patrimoine : À Bourgueil, les Sœurs vont-elles brader l'Abbaye ?

 

Patrimoine : À Bourgueil, les Sœurs vont-elles brader l'Abbaye ?

Le lieu est chargé d'histoire, il intéresse de nombreux Bourgueillois. Si l'ancien monastère et son cloître demeurent dans le giron de l'évêché de Tours et de l'association paroissiale qui en assure la gestion (Les Amis de l'abbaye, qui administrent aussi la salle de cinéma et le musée), les douze hectares de vignes et de bâtiments restent sur le marché. Les religieuses souhaitent vendre d'urgence.

Le château abbatial, son moulin, son parc et son clos de vignobles cherchent toujours un ou plusieurs investisseurs. La première mise en vente date de 2012. Mais depuis Mars dernier et dans le but d'accélérer les choses, la congrégation des Sœurs de la Providence, propriétaire des lieux, a choisi de scinder l'ensemble en trois lots. La vente semble désormais plus simple et plus proche. Mais pas question de crier victoire trop vite. Les religieuses ont, en effet, été déçues lors des négociations précédentes, face à des propositions jugées peu sérieuses, voire peu respectueuses, notamment envers ces lieux historiques. Il aurait été question d'un projet de maison de retraite orthodoxe !......


http://www.saumur-kiosque.com

le 08/10/2017

La vente de l’abbaye de Bourgueil bientôt actée ?

Scindée en trois lots, la propriété de la congrégation des sœurs de la Pommeraye aurait trouvé preneurs.

La vente de l’abbaye de Bourgueil pourrait n’être qu’une formalité. Si les proches du dossier s’accordent à défendre qu’il est urgent d’attendre, les négociations avancent rapidement....

https://www.lanouvellerepublique.fr