Guillaume (Guilhem) IX et Le vase d'Aliénor d’Aquitaine (Bataille de Cutanda) louvre-vase-cristal

Guillaume IX le Troubadour rejoint la première Croisade, menée par Godefroy de Bouillon en mars 1101

A la Bataille de Cutanda (prise de Calatayud et de Daroca)  remportée par les Aragonais et leurs alliés francs en 1120 contre une armée almoravide (marocaine) qui essayait de reconquérir Saragosse, perdue en 1118.

Parmi les alliés des Aragonais, figurent Guillaume IX, duc d’Aquitaine, venu avec 600 lances, et Imad al-Dawla, roi musulman de Saragosse, luttant contre les Almoravides.

De cette expédition, Guillaume (Guilhem) IX rapporte le « vase d’Aliénor », cadeau d’Imad al-Dawla.

 

Hauteur, 0m, 340. — Diamètre, 0m, 113,

Il est de cristal de roche, & le travail de la taille, imitant les alvéoles que les abeilles font pour leur miel, a été exécuté avant les siècles de décadence; il est antique.

La monture d'orfèvrerie a été faite au douzième siècle, aux approches de l'année 1140, par les ouvriers que Suger, abbé de Saint-Denis, désigne comme auteurs des ouvrages qu'il a fait exécuter. Suger, dans le livre, déjà cité, des actes de son administration, lui consacre quelques lignes que nous transcrivons en les traduisant : « Cet autre vase que l'on voit, semblable à une juste de béryl ou de cristal, c'est la reine qui, au premier voyage d'Aquitaine, nouvellement fiancée, l'a donné à notre seigneur le roi Louis. Le roi, voulant récompenser notre amour, nous a donné cette juste, mais nous, nous l'avons par grande affection rapportée aux saints martyrs nos seigneurs, pour le service de la table divine. Cette succession de donations, c'est sur le vase même, après l'avoir fait orner de pierreries & d'or, que nous l'avons consignée en ces quelques vers : Hoc vas sponsa dedit Anor regi Ludovico. — Mitadolus avo mihi rex sanctisque Sugerus. [Ce vase, c'est Aliénor qui l'a donné au roi Louis, son fiancé; Mitadol l'avait donné à son aïeul; le roi (l'a donné), à moi, & moi Suger, aux saints.] » Mitadol est un personnage inconnu jusqu'à ce jour; les saints sont Denis & ses compagnons Éleuthère & Rustique.

L'orfévrerie du vase est d'argent doré; elle comprend le grand col qui le surélève & la base qui le supporte. Les ornements si bien composés, si finement exécutés, qu'on voit sur le col, sont filigranés. Trois cercles de pierreries séparent en les reliant les zones que dessinent les filigranes ; dans les deux cercles supérieurs, des perles alternent avec des améthystes, des grenats, des saphirs, des topazes, des émeraudes; le cercle le plus rapproché du corps du vase n'est composé que d'améthystes; toutes les pierres sont réunies avec des perles sur la cymaise de la base, & l'on y trouve une cornaline de gravure antique.

Les petits écussons fleurdelisés que l'on voit sur le col sont émaillés, bleu & or. Ce sont les armes anciennes de la France, des fleurs de lis sans nombre sur champ d'azur. Il n'y faut pas chercher un modèle de la fleur de lis sous le règne de Louis le Jeune, car ces émaux d'applique ont été enchâssés en remplacement de pierres gravées ou de chatons qu'avaient originairement disposés les ouvriers de Suger. Ce remplacement a été opéré après l'an 1 300.

Le vase d'Aliénor est conservé dans le Musée du Louvre.

 

Vase de cristal d'Alienor | Musée du Louvre | Paris

Vase de cristal d'Alienor. Cristal : art sassanide, VIe-VIIe siècle - Monture : Saint-Denis, avant 1147, XIIIe et XIVe siècles. Trésor de l'abbaye de Saint-Denis, France - Département des Objets d'art

https://www.louvre.fr