la voie des Plantagenets - compostelle

Le chemin qui, partant du Mont Saint Michel en Normandie, traverse ensuite l'Ille-et-Vilaine, le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres pour rejoindre la Voie de Tours à Aulnay de Saintonge.

Mise en place avec la collaboration de 3 associations:

  • l'association "les Chemins de Saint Michel
  • l'association des "Amis de Saint Jacques en Anjou
  • l'association bretonne des Amis de Saint Jacques

1             Etape 01/22 - 20 km - Mont St Michel - St James                               

2             Etape 02/22 - 23 km - St James - Fougères         

                 

3             Etape 03/22 - 28 km - Fougères - Vitré                  

4             Etape 04/22 - 22 km - Vitré - La Guerche de Bretagne                     

5             Etape 05/22 - 24 km - La Guerche de Bretagbe - Pouancé                             

6             Etape 06/22 - 22 km - Pouancé - Misangrain                        

7             Etape 07/22 - 11 km - Misangrain - Segré                              

                Etape 08/22 - 15 km - Segré - Le Lion d'Angers                  

8             Etape 09/22 - 23 km - Le Lion d'Angers - Angers                                

9             Etape 10/22 - 6 km - Angers - Les Ponts de Cé                    

                Etape 11/22 - 19 km - Les Ponts de Cé - Saulgé l'Hôspital                               

10           Etape 12/22 - 16 km - Saulgé l'Hôpital - Doué la Fontaine                              

11           Etape 13/22 - 9 km - Doué la Fontaine - Le Puy Notre Dame                        

12           Etape 14/22 - 19 km - Le Puy Notre Dame - Thouars                        

14           Etape 15/22 - 13 km - Thouars - Saint Généroux                                

                Etape 16/22 - 13 km - Saint Generoux - Saint Loup Sur Thouet                  

15           Etape 17/22 - 18 km - Saint Loup Sur Thouet - Parthenay                              

16           Etape 18/22 - 23 km - Parthenay - Champdeniers                             

17           Etape 19/22 - 20 km - Champdeniers - Niort                        

18           Etape 20/22 - 17 km - Niort - Boisjard (Clairias)                  

                Etape 21/22 - 30.6 km - Clairias - Villiers en Bois                                 

19           Etape 22/22 - 24.5 km - Villiers en Bois - Aulnay               

https://www.compostelle-bretagne.fr/index.php/guide-et-chemin/voie-des-plantagenets

la_voie_compostelle_des_Plantagenets

Il est difficile de se faire une idée de ce que pouvaient être les chemins du Moyen Age, dont le soin de la construction et la charge de l'entretien étaient laissés à l'initiative locale ; on les divisait généralement en grands chemins ou chemins royaux, chemins publics, chemins de traverse et sentiers. Leur désignation et leur largeur variaient selon les provinces.

En 1226, on lit que les voiries du roi devaient avoir. 16 à 18 pieds au moins.

D'anciennes coutumes nous apprennent encore que la largeur du grand chemin ou chemin royal était, en Bourgogne, de 10 pas; en Normandie, de 4 toises au moins; dans le pays de Senlis et le Valois, de 40 pieds de 11 pouces dans les bois et de 30 pieds dans les terres; à Amiens, dans le Boulonnais, de 60 pieds; à Clermont-en-Beauvaisis, de 64 pieds. Dans la Touraine, elle n'était que de 16 pieds et de 14 pieds dans le Maine et l'Anjou.

Aliénor d'Aquitaine Richard Coeur de Lion La Voie des Plantagenêts (1)

C'est à cette époque qu'il faut reporter la construction de la plupart des ponts que devaient emprunter les grandes routes. On jugera de l'importance de ces travaux en remarquant que, d'après une étude statistique faite en 1860, sur près de 2.000 ponts ayant 20 mètres ou plus de portée, sous routes nationales ou départementales, il était difficile d'en trouver 300 dont la première construction fut postérieure au XVe siècle. Le plus grand nombre était de la période qui nous occupe.

Vers la fin du XIIe siècle, on voit apparaître, dans le Midi de la France, une congrégation religieuse dite des Frères Pontifes, dont le costume blanc se distinguait par un pont en laine de couleur, appliqué sur la poitrine. Saint Benazet, un des plus illustres sinon le fondateur de l'Ordre, est le constructeur du pont d'Avignon (1177). Cette congrégation était dans tout son éclat au XIIIe siècle.

Une notable partie des anciens ponts établis dans le Languedoc et la Provence est l'œuvre de congrégations semblables de moines- ingénieurs.

Aliénor d'Aquitaine Richard Coeur de Lion La Voie des Plantagenêts (2)

Le début du XIVe siècle vit le déclin des, foires et marchés et notamment des foires de Champagne. Cette province, intégrée au Domaine Royal, soumise aux exigences fiscales de Philippe-le-Bel, cessa d'offrir au commerce les facilités que lui avait assurées l'heureuse politique de ses comtes.

Les faveurs prodiguées par les Rois de France aux villes du Languedoc, à Nîmes, à Carcassonne, suscitent aux marchés champenois de dangereuses concurrences. Les foires internationales se disloquent et se morcellent.

La Féodalité qui les avaient créés, se montre incapable de les faire survivre en organisant la circulation générale.

 L'heure de la Royauté semblait venue. On peut croire, au cours du XIIIe siècle qu'elle allait assurer cette tâche.

La victoire des Capétiens sur les Plantagenets, la guerre des Albigeois, avaient agrandi le Domaine Royal qui s'étendait désormais jusqu'à la Manche, à l'Océan et à la Méditerranée.

La monarchie capétienne va-t-elle entreprendre d'exploiter d'aussi heureuses circonstances? Elle s'y essaya au temps de Saint Louis. La situation était alors particulièrement favorable. Un heureux équilibre entre la Royauté et la Féodalité maintenait la paix intérieure.

 Dans l'activité matérielle, dans les Arts, la France était en pleine renaissance. La population s'accroissait et Paris devenait la plus grande ville d'Europe. Le Roi s'attacha à faciliter l'activité générale. Il s'intéressa aux Routes. Sans doute le classement des voies publiques, tel que le présentent les « Coutumes du Beauvaisis » rédigées par Philippe de Beaumanoir ne correspond à rien de réel, du moins ce document reconnaît-il au Roi le droit de forcer les seigneurs à les faire entretenir.

C'est l'acheminement vers une organisation monarchique donc centralisée des voies de communication.

La guerre de cent ans interrompit pour plus d'un siècle cet heureux effort et la voirie ressentit gravement cet abandon.

 

Aliénor d'Aquitaine Richard Coeur de Lion La Voie des Plantagenêts (3)

 

A la fin du XVe siècle, le réseau des routes françaises était encore à construire. Ce qui existait alors était un édifice disparate fait de pièces juxtaposées dans l'intérieur desquelles s'enchevêtraient suivant les régions, tronçons de chaussées romaines, voies de pèlerins, chemins sauniers, sentiers ruraux et forestiers, routes seigneuriales.

Mais, au cours du même demi-siècle, se consomme un événement décisif pour la route française : l'unification territoriale du Royaume.

Alors commence l'histoire de la Route Royale.

Le Poitou sera rattaché à la Couronne de France par Louis IX (Saint louis) en 1242 après la bataille de Taillebourg et la soumission des Lusignan.

Bulletin de la Société historique de Compiègne

 


 

Route Richard Coeur de Lion en Haute-Vienne Limousin
Route historique des châteaux, des églises et des cités médiévales du sud ouest de la Haute-Vienne : http://www.routerichardcoeurdelion.com/

 

A l'origine partie du duché d'Aquitaine gouverné par Geoffrey, Comte d'Anjou, qui portait un morceau de genêt (nom latin genista) dans sa casquette qui lui a valu le surnom de Plante-geneste, Poitou est entré en Angevin en 1152 lorsque le roi anglais Henry II devint le second mari d'Aliénor d'Aquitaine, qui avait hérité de son père le duché d'Aquitaine en 1137.

Couvrant les départements actuels de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne, une société Plantagenet fut établie, avec sa propre monnaie, et des chartes ont été attribuées pour encourager le développement des villes, du commerce et de la culture.

Il y eut des rebellions en Poitou alors Henri décida de réduire le pouvoir des barons, notamment la famille Lusignan et les seigneurs de Mauléon, Thouars et Parthenay, La Rochelle devint le port d'entrée des Anglais pour rejoindre le Poitou, remontant le fleuve jusqu'à Niort, et un réseau de fortifications a été établi, principalement placé pour défendre une rivière ou un pont, ou pour contrôler une route à partir de laquelle lancer des expéditions et des raids. Ainsi, la Route des Rois d'Angleterre a été établie.

A l'origine un port sur la rivière Sèvres, Niort était important pour les Plantagenets comme une base sûre et, afin de protéger le port et les entrepôts, ils ont construit un immense château, dont seule la partie centrale reste, le Donjon. Des recherches et des fouilles suggèrent qu'il s'agissait probablement d'un château de garnison militaire défendu par de multiples meurtrières en direction de la ville. Il abrite aujourd'hui les collections archéologiques des musées de Niort.

Sur la route principale de Niort au nord de Parthenay se trouve la première traversée de la rivière Sèvres à Echiré. La légende raconte que la reine Melusine y fit construire le château en une nuit, mais il était plus probable que les seigneurs de Parthenay, la Larchevêque, construisirent le château de Coudray-Salbart, afin de contrôler la plaine de Niort et la Gâtine. La première référence documentaire au château est en 1219 et ses 6 hautes tours étaient de bons postes d'observation. Comme il n'a été ni modifié ni démoli, il est considéré comme un exemple important de ce que l'on appelait l'architecture militaire angevine, et de nos jours une association locale "Les amis du Coudray-Salbart" la gère et la préserve au nom de la Direction Régionale des Affaires Culturelles .

 La rivière Thouet à Parthenay était la prochaine traversée stratégique de la rivière sur la route du nord. En 1202, le roi Jean était sur le trône d'Angleterre, et a donné au seigneur de Parthenay de l'argent pour améliorer sa forteresse, avec une nouvelle concession d'Henri III en 1227. La ville avait trois lignes de fortification et la porte St Jacques au nord, au bas de la rue médiévale Jacques, et la porte de la Citadelle au sud, cette dernière offrant une vue magnifique sur la plaine de la Gâtine et la rivière en contrebas. Les fondations du château sont clairement visibles aujourd'hui, y compris la tour du Châtelet, ou de la Poudrière, avec des parties d'une tour avec de multiples fentes de flèche face à la ville.

Henri II était responsable de la démolition du château d'origine à Thouars, le prochain passage sur la route du nord, après une crise en 1156 au début de son règne au cours de laquelle il a pris le contrôle du château du vicomte local rebelle. Cependant, comme la ville gardait la frontière d'Anjou et était d'une grande importance pour les Anglais, un nouveau château fut construit avant la fin du 12ème siècle, face à la ville, sur un promontoire entouré par la rivière Thouet. De nouveaux murs de pierre ont été construits pour entourer la ville, avec deux guérites comme points d'entrée et de sortie. L'entrée principale de la ville fortifiée était à la porte de Prévost, avec une herse, et une fente de machicolation dans la voûte du passage à travers lequel des pierres pourraient être jetées sur des visiteurs non désirés! La tour circulaire du Prince de Galles défendait la façade Est de la ville, et ces deux bâtiments subsistent aujourd'hui. Ce second château fut également démoli, remplacé en 1635 par l'actuel château des Ducs de Tremoilles.

 Saumur est le dernier arrêt sur la route des Rois d'Angleterre, et un château se trouvait à l'origine sur l'éperon rocheux surplombant la puissante Loire, où se dresse aujourd'hui le château. Après la destruction du château en 1067, le château fut reconstruit par les Plantagenets comme la forteresse fortifiée où Henry et Eleanor se tenaient parfois à Noël. Une partie du mur d'origine et des tours subsistent, la tour Grenetière et le Papegault. Au cours de sa longue histoire, le château a été une caserne militaire puis une prison d'État sous Napoléon Bonaparte. Les travaux de restauration ont été récemment achevés et le château sert de musée des arts décoratifs et, en accord avec la tradition équestre de Saumur et son célèbre «Cadre Noir», comme un musée du cheval.

Bien que ce soient les principaux châteaux fortifiés de la Route des Rois d'Angleterre, on pense que les châteaux d'Amailloux, de Saint-Armand-Sur-Sèvre et de Bressuire, qui ont tous des forteresses médiévales, ont également été construits pendant le règne. de Henri II comme tous sont construits dans un style similaire.

Aucun voyage le long de la Route des Rois d'Angleterre ne serait complet sans une visite à l'Abbaye de Fontevraud, juste au sud de Saumur. Par le mariage d'Aliénor d'Aquitaine et de Henry Plantagenet, et de leurs fils Richard Cœur de Lion et John Lackland, la famille royale anglaise régna au Poitou à partir du milieu du XIIe siècle, pendant une centaine d'années. Fontevraud a été fondée en 1101 comme une grande ville monastique et c'est là que Eleanor a pris sa retraite, où elle est morte 84 ans le 1er avril 1204. Elle est enterrée à l'abbaye, aux côtés de son mari Henry II, son fils Richard et Isabelle d'Angoulême , la seconde épouse du roi Jean et, après sa mort, épouse de Hugues de Lusignan.

 Vous ne le trouverez pas mentionné dans le dépliant touristique, mais la fin historique de la Route des Rois d'Angleterre est à Taillebourg près de Saintes, où la bataille de Taillebourg eut lieu en 1242 entre le roi Henri III et Louis IX. Henry et ses alliés barons français s'étaient retirés ici, où il y avait un pont stratégique sur la Charente juste au sud du château de Taillebourg. Les Anglais ont été vaincus et leur règne en Poitou terminé. Une peinture de la bataille par Eugene Delacroix peut être vue dans le château à Versailles.

Un dépliant intitulé Kings of England Historic Tour est disponible en anglais auprès des offices de tourisme , et donne des détails sur les horaires d'ouverture des musées, des châteaux et de l'abbaye. Si votre français est à la hauteur, alors les fortifications des Plantagenet en Poitou par Marie-Pierre Baudry étudient les points fortifiés construits par les Plantagenêts.

http://www.thisfrenchlife.com/The story behind the Route des Rois d'Angleterrel