Les arbres de la liberté de la Révolution de 1789 (4)

Foussais-Payré  L'arbre de la liberte


C'est le symbole de la victoire de la Révolution sur l'Ancien Régime. Les premiers arbres de la liberté sont plantés dès 1790.

Un décret de la Convention du 22 janvier 1794 (3 pluviôse an II) en ordonna même la plantation dans toutes les communes. L'arbre était alors orné de rubans, cocardes tricolores, parfois coiffé d'un bonnet phrygien, au cours d'une fête patriotique qui s’achevait par des danses et un banquet.

Les arbres de la liberté de la Révolution de 1789 (5)


 Ce symbole était si fort que presque tous ces arbres furent abattus par les contre-révolutionnaires.  À Payré sur Vendée, c'est un platane (5,50 m de circonférence), déjà étêté en 1973.

Les arbres de la liberté de la Révolution de 1789 (1)

Loi du 24 nivôse an VI (13 janvier 1798)

Le Conseil des Cinq-cents, considérant que le respect des signes de la liberté est lié au respect de la liberté même,

Qu'il est de l'honneur du patriotisme français de réparer avec éclat les outrages commis par la malveillance envers les objets de la vénération publique, et que le retour prochain d'une époque mémorable peut contribuer utilement à fixer le caractère d'une solennité dont on doit attendre les effets les plus salutaires,

Déclare qu'il y a urgence. Le Conseil, après avoir déclaré l'urgence, prend la résolution suivante :

ARTICLE PREMIER :

Tous les arbres de la liberté qui ont été abattus, ou qui ont péri naturellement, seront remplacés, s'ils ne l'ont déjà été aux frais des communes.

ARTICLE 2 :

La plantation des arbres de remplacement se fera le 2 pluviôse prochain (21 janvier, vieux style), dans les communes où la présente loi serait promulguée, et le décadi suivant dans les autres.

ARTICLE 3 :

A l’avenir, toute commune dans l'arrondissement de laquelle un arbre de liberté aura été abattu, ou aura péri naturellement, sera tenue de le remplacer dans la décade, sauf à renouveler cette plantation, s'il y a lieu, par un arbre vivace, dans saison convenable, aux termes de la loi du 3 pluviôse an 2.

ARTICLE 4 :

Tout individu qui sera convaincu, d'avoir mutilé, abattu, ou tenté d'abattre ou de mutiler un arbre de la liberté, sera puni de quatre années de détention.

Guillotinés et fusillés pour avoir abattu un arbre de la liberté !

Guillotinés et fusillés pour avoir abattu un arbre de la liberté !

Pierre Brossat est condamné à mort par le tribunal révolutionnaire. Son crime est d’avoir jeté bas un arbre de la liberté le 7 décembre 1793 à Bitche.