Gisant de saint Jean de Chinon dit Jean de Moûtier ou Jean le Reclus

Lorsque le moine Jean mourut, à un âge très avancé, il voulut être enseveli dans la grotte dont la reine avait fait son oratoire. Son tombeau fut détruit pendant les guerres de religion. On y trouva, parait-il son squelette garni d’une ceinture à pointes de fer. Cette grotte est transformée en chapelle.

Gisant de saint Jean de Chinon dit Jean de Moûtier ou Jean le Reclus († VIe s.), prêtre et ermite. Cénotaphe, Tuffeau, 1879, installé dans un enfeu orné de peintures médiévales. Inscription : HOC IN ORATORIO OBDORMIVIT IN DOMINO B[EAT]US JOHANNES CAN[ONIC]US CUJUS CORPUS A VII AD / XVIUS SAEC[ULUM] SUB HOC TUMULO REQUIEVIT. HOEC AUTEM FERE SANCTA LOCA PENITUS EVERSA D[OMI]NA ELISABETH CHABRE / ANNUENTE ILL[USTRISSIMUS] AC REV[ERENDISSIM]US D[OMINUS] D[OMIN]US COLET TURON[ENSIS] ARCHI[EPISCOPUS], D[OMIN]US E. GUERTIN S[ANC]TI STEPH[ANI] PAROCHO FAVENTE, D. DAVIAU ARCHITECTUS / OPERA ANNO SALUTIS, IN HONOREM S[ANCT]AE RADEGUNDIS INSTAURANDA CURAVIT.

Saint Maximus (Saint-Mexme) de Chinon.  <==

 Les chapelles Sainte Radegonde Plantagenêt et l'ermite Jean Le Reclus <==